T’imprimes, t’imprimes, t’imprimes !

Mon précédent billet (Vous êtes trop cher, mon cher…) a battu tous « mes » records de visites et a suscité pas mal de réactions.

Deux ont retenu mon attention :

1/ Pourquoi écrivez-vous « les invités seront rentrés chez eux ou même disparaîtront (désolé pour la réalité du propos) »

2/ On prend des milliers de photos par jour, on a plus besoin d’un professionnel pour avoir de chouettes souvenirs… Je peux tout montrer avec mon Smartphone…

Alors oui, je rebondis après avoir bondi à la lecture de ces remarques.

Pour la première, je reconnais un certain cynisme dans ma phrase et pourtant, c’est la réalité. Combien de fois n’ai-je pas surpris des amis ou de la famille ressortir leurs albums en s’extasiant ou se remémorant des moments, des évènements et… leurs disparus.

Alors il est clair que dans le futur, ces scènes de regroupement autour d’un album appartiendront à la préhistoire de la photo. Pensez-vous que l’on va chercher le vieux CD, la vieille clé USB ou le vieux disque dur au fond de l’armoir qui est elle même au fond du grenier ?
Les aurez-vous encore ces objets d’un temps passé. Et si par bonheur, c’est le cas, aurez-vous encore la technologie qui vous permettra de les lire?

Quand j’étais môme, mon père sortait son écran (j’ai encore l’odeur dans le nez), son projecteur et ses bobines de films qu’il avait réalisées en Super 8.
On s’installait en ayant pris soin d’occulter la pièce et tout à coup, le son de la bobine qui démarre et qui à la fin faisait « flapflapflapflap… ». Jusqu’à ce que mon père après avoir rallumé arrêtait cette machine magique!

Qui fait encore cela devant son téléviseur énorme tout plat et sans odeur? Qui?

Oui, j’ai été cynique mais réaliste.

Alors imprimez vos photos ! Faites des albums ! Vos yeux pourront toujours les lire. Eux!
Même s’ils sont embués par la nostalgie des bons moments.

Pour la deuxième. Mais bien sûr que l’on prend des milliers, que dis-je des billiards de photos. Je ne suis ni sourd ni aveugle. J’ai même appris que le numérique avait remplacé l’argentique. C’est vous dire si je suis à la page 🙂

Et j’en reviens à mon sempiternel credo. Ne privilégiez pas la quantité mais la qualité (qui a un coût, j’insiste).

Avec votre pocket-lumix-aïephone et le manque d’expérience(s) et de passion (ce dont tout professionnel devrait se prévaloir), pensez-vous réaliser ceci ?

famillePour info, ce montage est imprimé et encadré. Tous les jours, ils passeront et verront ce cadre…

Oui, encore du portrait car cette famille se souviendra toujours de ces derniers moments sans elle. Même dans 20, 30, 40… ans, ils se souviendront qu’ils attendaient impatiemment Lilly. Même Lilly s’en souviendra 😉

La photo de votre Smartphone ne sera, elle, plus de ce monde. Ni votre Smartphone qui survit à peine un an en moyenne.

Alors, oui. J’en ferai encore et encore des portraits même si je suis une goutte d’eau dans les milliards d’images. Mais cette goutte, gageons qu’elle sera encore présente dans le futur. Ne fusse que dans les larmes de bonheur et d’émotion de cette famille, serrés les uns contre les autres dans le canapé du salon en repensant à ce moment unique… Et tous les autres…

Imprime! from Bertrand Haulotte on Vimeo. Extrait du film « Intouchable » de Eric Toledano, Olivier Nakache, 2012.

2 réflexions sur “T’imprimes, t’imprimes, t’imprimes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *