Mariage :: Première couverture totale au Fuji X-T1

BH3_4097Enfin, je me suis décidé à n’utiliser que la gamme Fuji X pour un mariage. Et ce, du début à la fin.

90% des clichés sont réalisés au X-T1 (avec le 28-55 mm 2,8-4 et le 35 mm 1,4) le reste avec le X100.

Force est de constater que je n’ai jamais regretté le Nikon D3s (qui n’était pas trop loin malgré tout). Léger, AF non décevant, isos fidèles. Je m’y attendais.
Par contre, 2 batteries n’étaient pas de trop. J’ai pourtant éteint l’écran afin de limiter la chute d’énergie. Avec mes anciens boîtiers, je n’ai jamais utilisé de deuxième batterie. Avec le X-T1, j’ai dû recharger donc utiliser 2 charges et demi pour un peu moins de 1.000 photos. Ce phénomène m’embête car j’ai toujours l’angoisse de tomber sans jus au très mauvais moment. Il va donc falloir que je me discipline et gère mieux cet inconvénient. Sachant que pour couronner le tout, j’ai oublié le chargeur à la salle. Donc retour le lendemain et donc perte de temps et d’argent…

Autre élément significatif : J’ai travaillé exclusivement en JPG. Le traitement Fuji me convient parfaitement. On y perd clairement en réglages (particulièrement pour la balance des blancs) mais ce n’est pas un handicap majeur (quoique, dans une église, cette balance est très souvent difficile à gérer). Par contre, gain de place sur les cartes et surtout de temps de développement sur Lightroom.

N’ayant plus le système CLS de gestion des flash à distance de Nikon, j’ai dû me résoudre à utiliser des déclencheurs à distance bons marché. Inconvénient, je dois systématiquement me déplacer de flash en flash pour les régler. Alors qu’avec le CLS tout est réglé à partir du boîtier. Je vais donc me mettre en quête d’un système ne m’obligeant plus à courir de flash en flash.

En conclusion : Photographier léger est enfin possible grâce à Fuji. Les convives avaient d’ailleurs de la peine à être confiant dans le résultat au vu du look des X. On ne passe plus pour le pro comme avec un gros boîtier D3s. C’est un challenge finalement très agréable de prouver qu’il ne faut pas un gros engin pour procurer du plaisir… aux yeux.

Extraits choisis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *